Archives d'étiquette : Introduction

Vous serez certainement d’accord avec moi quand je dis qu’à la base de l’enluminure, il y a les pigments. Si dans mes précédents articles, je vous ai expliqué comment les reconnaître et comment les poser, je ne vous ai pourtant pas encore révélé comment préparer les pigments. C’est chose faite aujourd’hui ! Quand j’ai commencé à apprendre l’enluminure, l’une des choses les plus fascinantes pour moi a été la préparation des pigments. Entre les pipettes et les mini cuillers, j’avais l’impression d’être un savant fou ou un chef de cuisine moléculaire.  Mais alors, comment préparer les pigments ? Le matériel Tout d’abord, il s’agit d’avoir le bon matériel. Pas besoin de trop investir, c’est avant tout une question de confort et de praticité. Néanmoins, vous aurez besoin d’un support lisse où travailler votre matière, et d’un outil de broyage.  Il s’agit là du matériel de base pour la préparation des…

Lire la suite

Dans mon article concernant les outils du calligraphe, je détaillais le matériel de base à avoir dans son nécessaire à calligraphie. Cette semaine, je vais m’intéresser plus particulièrement à l’outil principal de ce nécessaire : la plume. En effet, quelles plumes utiliser pour la calligraphie médiévale ? Quand j’étais jeune, je me suis très rapidement intéressée à la calligraphie. Ayant la chance d’avoir des parents compréhensifs, ils m’ont offert mes premières plumes alors que j’étais au collège. D’abord, une plume à pointe fine, puis un ensemble de plumes à bout rond, et enfin un stylo à cartouches avec plusieurs plumes biseautées interchangeables.  J’étais heureuse comme tout, mais j’ai rapidement compris que je ne les utilisais pas bien. Et après un passage à l’ISEEM des années plus tard, j’ai enfin compris ce qui n’allait pas.  Outre les histoires de largeur de plume et de corps d’écriture, il était surtout question de…

Lire la suite

Comme je vous l’ai déjà appris dans mes précédents articles, les supports de l’enlumineur moderne sont plus variés que ceux de l’enlumineur du Moyen-Âge. En effet, outre le parchemin, il est maintenant possible d’utiliser du papier pour créer des enluminures. Cette semaine, je vous propose donc un petit comparatif de ceux que j’utilise le plus : le papier aquarelle et le papier mixed média. Si j’ai appris à peindre sur parchemin, l’utilisation du papier pour l’enluminure est pour moi devenue très naturelle. Je peux m’en servir à la fois pour des brouillons, mais également pour des réalisations définitives. Dans ce cas, vous vous demandez peut-être quel type de papier j’utilise pour quelle occasion ?  Je vais d’abord commencer par faire une comparaison des qualités de chaque support. Papier aquarelle Qualités Le papier aquarelle est fabriqué en fibres de celluloses et/ou en coton, et est généralement épais, ce qui lui évite…

Lire la suite

Ça y est, vous êtes enfin prêt à sauter le pas et à vous lancer dans l’aventure de l’enluminure ! Vous avez choisi votre support, vos pinceaux et votre modèle… oui, mais comment poser vos pigments ? Que vous ayez hésité avant de vous lancer ou non, il est possible qu’en tant que débutant, vous ayez souffert de quelques déconvenues. C’est pourquoi, aujourd’hui, je vous explique comment bien poser vos pigments. A mon entrée à l’ISEEM, je n’avais que très peu peint. Dessiner était pour moi facile, mais gérer les couleurs et les pigments, c’était une autre histoire. Voilà donc quelques conseils provenant à la fois de mon apprentissage et de mes expériences et qui, je l’espère, vous seront utiles ! Préparation du support Comme je l’avais déjà suggéré dans mon article sur la pose du mordant, la préparation de votre support est primordiale pour une pose de pigments réussie.…

Lire la suite

Au moment de se lancer dans la réalisation d’une enluminure, l’une des premières questions à se poser est : sur quel support peindre. Si au Moyen-Âge, les enlumineurs utilisaient le parchemin, aujourd’hui, le choix est plus varié. C’est pourquoi cette semaine, je vous propose d’explorer une sélection de matériaux qui s’offrent aux enlumineurs modernes. L’utilisation d’un support plus que d’un autre peut dépendre de beaucoup de facteurs : confort, demande spécifique, budget… Quelle qu’en soit la raison, je pense qu’il est toujours intéressant d’avoir plusieurs cordes à son arc. Les voici ! Le parchemin Le support phare de l’enluminure est, et restera pour moi, le parchemin.  Pourquoi ? Avant tout car c’est le support historique de cet art. Utilisé depuis le début du Moyen-Âge et même avant, il n’a été écarté qu’avec l’apparition du papier et de l’imprimerie.  Avantages : il est souple, résistant et peut être utilisé recto-verso. Il…

Lire la suite

Vous débutez en enluminure et que vous ayez déjà entamé votre premier projet ou que vous en soyez déjà à votre dixième, je vous présente cette semaine les 4 erreurs courantes en enluminure et la manière de les éviter. Qui n’a jamais été pressé de se jeter dans le grand bain au début de l’apprentissage d’une nouvelle technique ? Je sais en tout cas que je fais partie de l’équipe des impatientes ! Quand j’apprends quelque chose, il faut immédiatement que je passe à la pratique. Cuisine, tricot, bricolage… et c’était encore plus vrai pour l’enluminure ! Mais vouloir aller vite peut être synonyme de prise de risques, ou tout du moins de raccourcis qui peuvent parfois s’avérer problématiques.  Voici donc une liste des 4 erreurs courantes chez les débutants en enluminure, moi la première, et qui résultent le plus souvent d’un manque de patience. Elles concernent :  La préparation…

Lire la suite

Vous le savez certainement, l’enluminure désigne le fait de mettre des textes en lumière. Pour ceci, plusieurs méthodes étaient utilisées : l’utilisation de pigments clairs et lumineux tels que l’orpiment, puis plus tard, la pose d’or. Oui, mais comment se faisait la pose d’or au début du Moyen-Âge? C’est ce que je vous explique aujourd’hui. “On a souvent répété que la technique de l’or des manuscrits était perdue parce qu’elle aurait été gardée plus ou moins secrète par les artisans du Moyen-Âge. Cette technique était sans doute transmise verbalement seulement. L’ouvrier chargé du travail de la dorure avait acquis — ou, sans doute, lui avait-on transmis — un savoir-faire qui le laissait juge et responsable du bon déroulement des opérations, à chaque tournant de la préparation. Les artisans ne sont pas fréquemment “gens de lettres”. En outre, au Moyen Age, artistes et artisans peuvent souvent être confondus en une même…

Lire la suite

Bonjour et bienvenue ! Cette semaine, je continue de vous présenter des manuscrits de l’école de Charles le Chauve. Cette fois-ci, il s’agit du Psautier de Charles le Chauve, conservé à la BNF sous la cote latin 1152. Détails Il s’agit d’un manuscrit en parchemin relié de 173 folio à longues lignes.Il a une taille de 240×190 mm.Rédigé en latin en lettres d’or, il date de la moitié du IXe siècle (842-869)On y retrouve des capitales romaines, l’onciale et la rustique. Description Ce manuscrit a été commandé par Charles II le Chauve et exécuté par Liuthard, le chef d’atelier de l’Ecole du Palais autour des années 869-870. Il s’agit d’un Psautier gallican. Les divisions liturgiques sont marquées par de grandes initiales d’or à entrelacs. Il ne contient ni hymnes ni antiennes, mais seulement les versets, leçons et répons de l’office. La reliure de ce volume, en dépit de quelques manques…

Lire la suite

évangéliaire de charles le chauve

Bonjour et bienvenue ! C’en est terminé des manuscrits du groupe d’Ada ! Mais pour rester encore un peu dans l’ambiance carolingienne, je vais vous présenter des manuscrits de l’école de Charles le Chauve. Je commence avec l’évangéliaire de Charles le Chauve, conservé à la BNF sous la cote latin 323. Détails Il s’agit d’un manuscrit en parchemin relié de 201 folio.Il a une taille de 235×170 mm.Rédigé en latin, il date du 3e quart du IXe siècle.On y retrouve des capitales romaines, la capitale rustique et la caroline. Description Ce manuscrit fait partie du groupe des six Évangiles réalisés dans l’école du Palais de Charles le Chauve. Sa provenance reste incertaine, malgré la présence d’un censier du XIIIe siècle dont l’origine n’a pu être précisée. Ces Évangiles auraient servi à l’empereur Charles le Chauve, ainsi que le relate l’inventaire des manuscrits du duc et maréchal Adrien-Maurice de Noailles (1678-1766),…

Lire la suite

évangéliaire de Lorsch

Bonjour et bienvenue pour la présentation du sixième manuscrit du groupe d’Ada de ma liste ! Il s’agit de l’Évangéliaire de Lorsch, ou Codex Aureus Laurensius. La première partie de ce manuscrit est conservée à la Bibliothèque Nationale de Roumanie sous la cote MS II 1, et la seconde est conservée à la Bibliothèque Vaticane sous la cote pal.lat.50. Détails Première partie Il s’agit d’un manuscrit en parchemin relié de 111 folio.Il a une taille de 367×268 mm. Deuxième partie Il s’agit d’un manuscrit en parchemin relié de 128 folio.Il a une taille de 375×270 mm. Rédigé en latin sur deux colonnes, il date du IXe siècle (810) On y retrouve des capitales romaines, de l’onciale romaine ainsi que de la capitale rustique. Description Le manuscrit original a été séparé en deux codex distincts, l’un conservé en Roumanie, l’autre au Vatican. Il a été réalisé à l’école de la cour…

Lire la suite

10/39